Après le macaron, le chocolat?

04 nov

Image2Le salon du chocolat a fermé ses portes hier, l’équipe est épuisée mais heureuse de cette belle édition. J’avais mentionné ICI qu’il y avait quelques nouveaux venus dans le hall 5.2 du salon et pas n’importe qui puisque Ladurée avec « Les Marquis de Ladurée » et Pierre Hermé ont fait le déplacement avec une offre tout chocolat et chacun avec l’artillerie lourde : Ladurée avec un stand impressionnant incluant un manège de chevaux de bois (c’est pas ça qui fait de meilleurs chocolats mais comme on dit : ça envoie) et Pierre Hermé lui aussi avec pas loin de 60m2,  à noter que le maître en personne était présent chaque jour sur le salon avec une démo sur la scène de cacao show accompagné de Mickael et Camille son équipe de création + séance de dédicaces, si ça c’est pas mouiller la chemise !!!

photoAlors si l’investissement est si important c’est que le sujet est stratégique et si le sujet est stratégique c’est qu’au delà du macaron il faut trouver des relais de croissance. Ceci n’est pas surprenant et je le soulignais déjà ICI : la folie des macarons dure depuis maintenant plus de 10 ans, que tous les acteurs de la filière s’en sont emparés au point que ça devient aujourd’hui un produit un peu banalisé et qu’un jour ou l’autre les clients, même japonais, vont avoir envie de passer à autre chose.

Alors quoi penser de cette diversification, j’ai gouté quelques produits des 2 maisons que j’ai trouvé très bons sans toutefois y trouver une signature forte. Ensuite la démarche produit est sincère, j’avais un doute chez Ladurée mais ma discussion avec le responsable de production (basé en Suisse) et le responsable de la création m’a montré qu’on avait à faire à de vrais professionnels passionnés et soucieux de la qualité, une qualité à grande échelle mais quand même. Je regrette juste un peu le barnum Ladurée avec une image vraiment tarte à la crème, on a un peu l’impression d’être à Disneyland, même le four ventilé est habillé d’un miroir sérigraphié…

Maintenant est-ce une bonne idée de diversification pour autant ? Pas si simple car les chocolatiers sont aujourd’hui légion, c’est une activité économiquement très difficile (saisonnalité, prix des loyers pour être dans les beaux endroits, main d’œuvre importante en boutique, produits délicats et couteux à transporter…) pour toutes ces raisons beaucoup de chocolatiers pourtant starisés ont du mal à rentabiliser leur activité. En plus de cela Ladurée et Pierre Hermé ont une telle notoriété liée au macaron que ça va forcément handicaper leur quête de légitimité dans le chocolat (même avec une marque différente). Leur présence cette semaine sur le salon est une action forte pour commencer à construire cette nouvelle histoire mais la route est longue et il y a déjà tout un peloton devant eux. Ce qui aiderait ce serait sans  doute quelque chose de très spécial, qui sorte de l’ordinaire et qui marque du style le stiletto de Hévin, le 100% Madagascar ou la barre infernale de Pralus, le CBS de Henri Le Roux (au sésame il est dingue), les ganaches à la crème crue du jour ou les orangettes confisées maison de Rémi Henry (à découvrir), une vraie identité produit qui va sans doute émerger avec le temps, à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>