Chers intermédiaires

02 avr

galerie_images_au_jardin_du_pomone_nSfQtn

Vous commencez à me connaître, il n’y rien que je déteste plus que d’hurler avec les loups et je me méfie toujours des points de vue qui rassemblent un trop large consensus. Depuis quelques années la tendance est à tirer à boulets rouges sur les intermédiaires, oui ces salauds d’intermédiaires qui ne servent à rien, qui sont très méchants avec les producteurs en leur imposant des prix trop bas et encore plus méchants avec nous autres consommateurs en nous vendant les produits trop chers.

De plus en plus on voit se développer l’idée que le graal c’est la relation directe entre le bon paysan de l’Aubrac et le consommateur car, c’est une évidence, le producteur gagne mieux sa vie et le consommateur achète moins cher mais aussi ça crée du lien, de l’humain ça nous aide à mieux savoir ce que l’on achète…bref que des avantages.

Et donc on se met tous en quête d’acheter le bon miel au plus près des ruches, la charcuterie là ou elle est fabriquée….Sauf qu’en général tous les endroits où ces bons produits sont fabriqués sont loin de là ou on habite donc on fait le plein quand on part en vacances ou en week end mais ça devient vite limité, internet et la vente à distance existent c’est sur mais personne ne fait pas ses courses comme ça et finalement on a besoin des intermédiaires : ce sont nos commerçants, les distributeurs qui les approvisionnent et qui font qu’on peut acheter les produits au quotidien .

Vous me direz il y a de plus en plus d’associations, d’AMAP, de groupement de producteurs, ou de consommateurs qui font fonctionner une relation plus directe. C’est bien mais dans les faits le succès est très limité pour ne pas dire epsilonnesque parce ce que comme toujours les gens applaudissent mais n’y vont pas car ça ne correspond pas à leurs attentes. Les gens c’est malheureux mais ce qu’ils veulent ce sont des produits facilement accessibles, tout le temps, le moins cher possible…pour schématiser ils veulent faire leurs courses au supermarché.

mes-courses-sur-internet-2-805x450

Lors du dernier salon de l’agriculture une de ces organisations « La ruche qui dit oui » avait un stand. Ca peut paraître anodin mais ça veut dire que même ces gens qui veulent faire du direct dédient un budget important à leur communication, ceci dans le but d’avoir davantage d’audience, quand ils auront cette audience et un nombre important de clients ils auront besoin de locaux pour stocker, dispacher, vendre (parce que vendre chez les uns et chez les autres ça va bien quand on es tout petit), ils auront besoin de personnel, de matériel, de systèmes informatiques…pour financer tout cela ils auront besoin de marge et de fait deviendront : un distributeur.

On y revient toujours ce n’est en général pas le métier d’un producteur de distribuer et dans le cas ou il décide de développer cette compétence elle lui coûte et doit obligatoirement réaliser une marge supplémentaire : la même marge que celle d’un distributeur revendant le même produit.

Chez nous à la Maison Charaix et au Petit Duc nous avons intégré tous les métiers : production, distribution, commerce de détail même si nous travaillons également avec beaucoup de partenaires revendeurs. C’est un choix qui n’est pas économique, il est sans doute pour nous plus cher et plus complexe d’être nous même distributeur mais nos produits sont souvent particuliers, ils sont entourés de beaucoup d’informations importantes, souvent d’une histoire et nous voulons être surs que ces éléments soient correctement communiqués à nos clients

Sans parler des abus hélas nombreux comme cette viande de cheval qui fait 3 fois le tour de l’Europe pour arriver dans nos assiettes l’intermédiaire est souvent nécessaire. Et puis comme dans tout métier il y a des bons et des mauvais : chacun a ses spécificités en terme de gamme, de service, de personnalité ce qui importe, comme toujours, c’est l’honnêteté et la transparence pour garantir au client la meilleure connaissance possible de ce qu’il achète.

2 réflexions au sujet de « Chers intermédiaires »

  1. MARIE

    C’est parce qu’il manquait une offre de qualité autour de nous que nous avons décidé d’ouvrir une chocolaterie confiserie à Soisy-sur-Seine dans laquelle nous distribuons des produits de qualité dont les vôtres !

    Répondre
    1. Palanque

      Oui, les points de ventes comme le votre font connaitre et mettent en valeur des produits comme les nôtres
      Merci de votre confiance
      Laurent

      Répondre

Répondre à MARIE Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>