Je vous présente Ernestine

05 juil

ernestine_1344444999Au Petit Duc chacun de nos biscuits a un petit nom, nous avons Les Désirés, les cœurs du petit Albert, les folies de Paulette…c’est notre manière de dire que chaque produit est unique, qu’il fait l’objet de toutes les attentions et qu’il a sa propre personnalité.

Au Petit Duc nous avons de nombreux clients fidèles, bien sûr chaque client a ses préférences et c’est amusant de constater que beaucoup d’entre eux n’achètent chez nous qu’un produit unique, toujours le même et ça fait parfois 10 ans que ça dure.

J’ai des tonnes d’histoires concernant ces clients un peu monomaniaques : un jour d’avril l’année dernière une jeune fille entre chez nous à Saint-Rémy avec sa grande boîte en métal vide et me demande « vite des Désirés s’il vous plait, remplissez moi la boîte.

photo 3Je dois rentrer à Paris en train, je suis très en retard et je vais peut être le rater mais je ne peux pas partir sans… » ou ce client qui au lendemain de notre ouverture avenue Rapp à Paris se précipite et me dit « On veut 1kg d’Ernestines, on est bien contents que vous ouvriez une boutique à Paris, avant on avait du mal à s’approvisionner et on ne mange que ça comme biscuit… ».

La gamme du Petit Duc c’est donc un peu comme une famille et je vais donc, à travers ce billet et plusieurs autres, faire les présentations : Aujourd’hui Ernestine.

Je commence par Ernestine simplement parce qu’Anais et Aurelien la fabriquent aujourd’hui.

photo (4)Ernestine est notre biscuit le plus moelleux, c’est un peu comme un coussin tout doux, elle plait aux enfants et fait retomber les adultes en enfance. C’est une pâte d’amandes rehaussée par du zeste de citron et quand on commence à prendre une Ernestine il est très difficile de s’empêcher d’en prendre une autre…et ainsi de suite. La recette date du début du XXe siècle et elle peut accompagner beaucoup de choses en de multiples occasions, à vous de trouver la votre.

Et puis la forme d’Ernestine est amusante, ronde surmontée d’une pointe, on peut l’assimiler à un chapiteau pointu ou un téton, c’est selon.

Personnellement sans être mon biscuit préféré j’avoue qu’il n’est pas facile d’éviter le piège : on met la main dans la boîte et c’est l’engrenage, en même temps c’est si léger. Alors amateur ou simple curieux, n’hésitez pas à pousser notre porte à Paris ou Saint-Rémy en demandant à gouter Ernestine.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>